Psychothérapie et Hypnose photo rené

René Clavilier                                                                                                                                        

Certifié en Analyse Transactionnelle par l'EATA                                                                                                                                                Pole santé Equilibre
Maitre Praticien en Hypnose Ericksonnienne                                                                                                                                                       77 Rue de Marmiesse
Praticien en Hypnose Humaniste                                                                                                                                                                          15000 AURILLAC
Praticien en EFT                                                                                                                                                                                                  Tél : 04 71 63 77 80
Le stress post traumatique
 
 
  • Définition (tirée de wilkipédia)                                                                         

Le trouble de stress post traumatique (aussi désigné syndrome de stress post-traumatique, SSPT, ou état de stress post-traumatique, ESPT) est une réaction psychologique consécutive à une situation durant laquelle l'intégrité physique et/ou psychologique du patient et/ou de son entourage a été menacée et/ou effectivement atteinte (accident grave, mort violente, viol, agression, maladie grave, guerre, attentat,...). La réaction immédiate à l'événement doit s'être traduite par une peur intense, par un sentiment d'impuissance ou par un sentiment d'horreur. Le SSPT survient parfois à la suite de la réaction aiguë de stress à la situation anxiogène mais il peut aussi apparaître beaucoup plus tard (après plusieurs semaines, ou plusieurs mois). Si un terrain psychologique ou psychiatrique fragile (dépression, anxiété, …) peut augmenter le risque de développer un SSPT, une expérience traumatisante peut, à elle seule, faire apparaître un SSPT chez des personnes ne présentant aucun antécédent. En particulier, les enfants et les personnes âgées seraient plus vulnérables.

 

Si nous nous cantonnons à cette définition communément admise du « stress post-traumatique » nous évoquons les crises aigües liées à ce phénomène. Par contre si nous parlions de l’aspect chronique nous pourrions inclure énormément de réactions que nous vivons tous les jours.

  • Création du stress post traumatique

La création d’un stress post-traumatique suppose deux conditions :

  1. Un traumatisme
  2. Une incapacité de l’organisme à digérer ce traumatisme

Le fait que le traumatisme soit vécu dans l’isolement est un facteur favorisant du SSPT.

Si nous prenons l’exemple d’un accident de voiture, il peut se passer deux choses :

  • L’accident n’est pas trop grave, la personne arrive à gérer sa peur et/ou quelqu’un est la pour écouter et aider à verbaliser ses émotions. Dans ce cas la l’accident ne génère pas de stress post-traumatique.
  • L’accident est plus grave, la personne n’arrive pas à gérer sa peur, elle se sent impuissante et personne n’est la pour l’écouter et aider à verbaliser ses émotions. Il y a alors constitution d’un stress post-traumatique.

Quelles sont les conséquences pour la personne dans le premier cas :

-       Elle peut se remémorer tout l’événement sans émotions particulières. La pensée associée est « c’est fini, je vais bien »

-       Elle peut se remettre en situation sans angoisse particulière (reprendre sa voiture dans le cas présent)

-       La personne peut tirer des enseignements positifs de l’événement (par exemple, « je serai plus attentive en conduisant »)

Que se passe-t-il dans le second cas :

-       La personne ne peut se rappeler de tout l’événement et/ou tout rappel de l’événement suscite des émotions fortes (angoisse, sensation d’impuissance, etc …) et des sensations physiques (tremblements, sueurs, froid, chaleur, etc…).

-       Le revécu d’une situation analogue (par exemple, remonter dans une voiture) peut induire des émotions et sensations physique fortes.

-       La personne peut avoir des flashs et/ou des cauchemars en lien avec l’accident.

-       La personne ne tire aucun enseignement positif de cet événement.

En fait Il s’agit vraiment d’un processus de digestion. Dans le premier cas l’organisme digère bien et la nourriture est utile à l’organisme. Dans le second cas la partie à digérer est trop grosse ou indigeste ou toxique. L’être humain a besoin pour grandir de nourriture physiologique mais également de sécurité et de nourriture affective. Dans les deux cas on observe les mêmes phénomènes en fonction de la qualité et de la quantité de ces nourritures.

Excès ou carence : par exemple un excès d’amour (parent « étouffant ») empêche l’enfant de grandir. Le manque d’amour (parent « froid et distant ») provoque le même résultat.

Mauvaise qualité : ex ; un parent qui s’occupe de son enfant mais ne le valorise pas dans ce qu’il fait.

Toxicité : ex ; un parent qui fait honte à son enfant.
 

La psychothérapie est un processus de « rumination positive ». Pour cela il est nécessaire de travailler sur les restes non digérés des anciens traumatismes. Petit à petit on laisse remonter à la surface ce qui reste et par différentes techniques, ou tout simplement grâce à la relation thérapeutique,  notre système de défense intègre que le traumatisme est terminé et qu’il n’y a plus de raison de réagir ainsi.

La mèthode TIPI est trés intéressante dans le cas de SSPT, car elle agit sur la racine du problème et désactive totalement le traumatisme.


J’organise des sessions de formations aux techniques d’auto-guérison. Pour plus de renseignements consultez le site « Techniques d’Auto-guérison »


  • Justine dit :
    30/6/2014

    3/5
    Bonjour, je ne sais pas si ce site est encore actifs.
    J'ai vécu un accident de voiture en septembre 2013, 6 mois après je développe le stress post traumatique... avec une décompenssation de soi... bref à froller la folie.
    Je me suis enfermée dans une douleur constante...
    Suite à cela j'ai fais une séance de phasiathérapie, puis de microkinésithérapie..; pour travailler mes traumatismes qui ont refais surface avec l'accident mais j'ais aussi eu une rupture amoureuse suite à cette accident... Je vois un psychologue aussi pour travailler tout ça.
    Avez vous un conseille? On m'a recommendé aussi l'hypnose mais...