Psychothérapie et Hypnose photo rené

René Clavilier                                                                                                                                        

Certifié en Analyse Transactionnelle par l'EATA                                                                                                                                                Pole santé Equilibre
Maitre Praticien en Hypnose Ericksonnienne                                                                                                                                                       77 Rue de Marmiesse
Praticien en Hypnose Humaniste                                                                                                                                                                          15000 AURILLAC
Praticien en EFT                                                                                                                                                                                                  Tél : 04 71 63 77 80


Honte et Culpabilité
 

Si l'on devait nommer les deux sentiments les plus puissants dans la mésestime de soi, ce serai sûrement la honte et la culpabilité. Le but de cette page est de mettre en lumière les mécanismes qui conduisent à l'apprentissage de la honte et de la culpabilité. En effet, ce ne sont pas des sentiments innés chez l'Homme, mais belle et bien des sentiments appris.


La littérature psychothérapeutique sur la honte est rare, bien que le concept de honte ait fait l'objet, récemment, d'une attention croissante.

Pour commencer, il me semble nécessaire de préciser ce que je mets derrière les mots honte et culpabilité. Pour cela je vous propose plusieurs définitions qui me semblent pertinentes :


 Goldberg commence "Comprendre la honte" en retraçant l'origine du mot Anglais moderne "shame" comme venant du mot indo-européen "schame" qui signifie cacher, dissimuler. Il poursuit avec des exemples de cas cliniques montrant comment des individus cachent ou dissimulent leur pleine expression d'eux-mêmes par suite d'affronts ou de disgrâce. Chacun des exemples de Goldberg sur la honte reflète une expérience avilissante, dégradante ou humiliante, infligée par la conduite d'une autre personne. Selon Goldberg, la honte est provoquée par "la perte du lien d'amour avec des tiers importants qui sont, ou sont supposés être nécessaires à la survie psychologique et physique de la personne" .
honte dessinLe résultat en est la perte de l'estime de soi et l'attitude consistant à cacher aux autres le sentiment de soi dégradé pour se protéger et pour se soustraire à tout reproche ou insulte potentiel. La honte représente une crainte spéciale - "comme un instinct d'auto-protection" , comme "un véhicule muni d'un silencieux, qui garderait secret le sentiment d'être misérable" . Dans son essence, la honte est une expérience solitaire bien qu'auto protectrice. Cependant, Goldberg considère également la honte comme "le creuset de la liberté humaine", crédité d'un potentiel constructif.
 
Lynd (1958), l'un des premiers auteurs ayant écrit sur la honte, a défini celle-ci comme le sentiment d'une blessure infligée à la confiance en soi et en les autres. Lewis (1971), a décrit la honte comme une réduction de l'estime de soi et de l'estime des autres, qui débouche sur de la fureur ou de la colère, qui fonctionne dans le but de récupérer le sentiment d'avoir de la valeur. Wilson (1990), écrivant pour un public profane, dit :
 "la honte est le sentiment fort d'être irrémédiablement différent, à part, et d'être moins que les autres êtres humains. (paragraphe tiré d'un article de Richard Erskine)
 
 
Définition de la honte par Fossum et Masonhonte
La honte est une sensation interne d’être complètement diminué ou insuffisant en tant que personne. C’est le soi qui juge le soi. Un moment de honte peut constituer une humiliation si douloureuse ou une avanie si profonde que l’on se sent dépouillé de sa propre dignité, exposé dans une incapacité totale, mauvais ou passible de rejet. Un sentiment omniprésent de honte se traduit par l’idée continue que l’on est fondamentalement mauvais, plein de défauts, indigne, pas vraiment valable en tant qu’être humain.
 
Définition de Kaufman
Avoir honte, c’est se sentir vu dans une position douloureuse et diminuée. Le soi se sent exposé à lui-même et à toute autre personne présente. L’expérience est incapacitante, parce qu’on a l’impression qu’il n’existe aucune façon d’atténuer les choses ou d’en rétablir l’équilibre. On a tout simplement échoué en tant qu’humain. Ce n’est pas qu’une action est perçue comme incorrecte, car de cela on pourrait faire réparation : c’est qu’il n’y a rien que je puisse faire pour compenser. Là est l’impuissance liée à la honte : son affect inhibiteur porte sur l’entièreté du soi.

La PNL explique la honte comme "la trangression d'une valeur". C'est un concept intéressant car il permet à une personne honteuse de chercher la valeur trangressée et cela peut aider à trouver l'origine de la honte.
 
Définition de la culpabilité (tiré du dico de psychologie.com)culpabilité
Sentiment plus ou moins diffus de commettre une faute. Nécessaire à toute vie sociale mais parfois douloureux et contraignant, le sentiment de culpabilité est l’impression de ne pas être juste, d'avoir, en fantasme ou réellement, enfreint un tabou, de nourrir un désir défendu, d'avoir eu un comportement coupable face à telle personne ou telle situation. Il en naît une forte angoisse et une tendance à l'auto accusation.
 
A la lecture de ces définitions apparaît une différence essentielle entre la Honte et la culpabilité
La honte porte sur le soi alors que la culpabilité concerne ce qu'on fait.

La pensée type de la personne honteuse : "il y a quelque chose qui cloche en moi"

La pensée type de la personne coupable : "j'ai fait quelque chose de mal"

Voici une vidéo trés intéressante sur la honte et la vulnérabilité. (en anglais, mais sous titrage et traduction possible en Français)
 
A quoi sert la honte ?
 
D'une façon génèrale, il me semble que la honte est lièe à l'appartenance. La honte semble être une tentative désespérée pour appartenir quand même, alors même qu'il nous semble que nous ne sommes pas acceptable aux yeux des autres. En vivant la honte nous signifions au clan ou à l'autre que nous acceptons les codes établies et que nous nous soumettons en sacrifiant notre dignité. La honte est directement lièe au "regard" de l'autre, d'ailleurs il peut nous arriver de faire en solitaire des choses qui nous sembleraient totalement honteuse en prèsence de quelqu'un d'autre.
La honte est un sentiment très invalidant car elle porte sur ce que l'on est. Si nous sommes mauvais ou indigne, il n'y a pas de solution pour s'en sortir, aucune action ne peut changer ce que l'on est !
Si la honte est un sentiment acquis, pourquoi choisis t'on de la ressentir ?
Quelques hypothèses :
· Dans la théorie de la relation d'objet Fairbain décrit ceci : le bébé a besoin de garder sa mère comme bon objet, si la mère devient le mauvais objet, le bébé prends sur lui d'être le mauvais objet et donc la mère peut rester le bon objet. La honte ainsi créé est une honte essentielle qui est engrammée dans le corps. La personne devenue adulte se vivra comme le mauvais objet même si elle comprend intellectuellement que ce n'est pas vrai.
· Le bébé ou l'enfant vit une expérience de plaisir et d'excitation, mais ce vécu est nié ou négativé par un adulte. L'enfant comprend "c'est mal ce que je vis" et il enregistre cette croyance au niveau corporel et bloque son excitation par de la honte. 

 
Richard Erskine explique que la honte peut remplir plusieurs fonctions :
  • Elle permet en se soumettant à des messages verbaux ou non verbaux de garder une relation que l'enfant perçoit comme nécessaire à sa survie, bien qu'elle ne corresponde pas à ses besoins (par exemple : l'enfant intériorise des réactions telles que : "mais enfin qu'est-ce qui ne va pas chez toi".
     
  • Elle peut être une conclusion que l'enfant tire lorsqu'il se trouve confronté à une tache impossible (par exemple : "je n'arrive pas à empêcher Papa de se saouler")
     
  • elle peut être une réaction défensive de contrôle et d'espoir d'une relation valable. Lorsqu'un enfant se sent responsable de sa famille (par exemple "c'est à cause de moi que Maman est déprimée"), il prend sur lui la responsabilité de la situation et en situe l'origine en lui-même. Cela lui permet d'imaginer qu'il a le contrôle et qu'il peut résoudre l'échec relationnel présent.
     
  • La honte permet de garder l'illusion d'attachement, de présence et de fidélité à la figure parentale qui en est la cause.
     
  • Elle peut être également l'introjection de la honte d'une figure parentale. ou d'un groupe parentale (par exemple : acte illégal ou odieux d'un membre de la famille qui fait que la famille se sent honteuse)
 
Les comportements induits par la honte
 
Pour pouvoir vivre malgré la honte, nous trouvons des stratégies qui nous permettent de ne pas ressentir ce terrible sentiment.
honte chat
 
  • L’évitement : on évite toutes circonstances en lien avec le premier vécu de honte. Par exemple si on a une honte de montrer son corps on évite alors les piscines, les vacances au soleil, etc…
  • La négation, opposition : C’est le propre de ceux qui dise « je m’en fous », ces personnes ont une conduite éhontée, elles se mettent dans des situations honteuses et semblent s’en réjouir. C’est un peu comme l’enfant qui dit « même pas mal ». La honte est retournée, c'est les proches de la personne qui ont honte. C'est le cas très souvent dans l'alcoolisme !
  • La projection : on renvoie la honte sur l’autre ou on fait honte à l’autre.
  • L’utilisation de substances telles que l’alcool ou la drogue pour surmonter sa honte.
Plus généralement la personne honteuse a une estime d’elle-même très basse et se dévalorise de toutes les façons possibles.
 
Comment sortir de la honte ?
 
Sortir de la honte n’est pas facile, le premier constat à faire est qu’elle ne repose sur aucune vérité. Une personne ne peut pas être mauvaise, par contre elle peut avoir des comportements « mauvais ». Il faut donc dissocier le « faire » de l’ « être ». Cette distinction est le premier pas à faire mais il est très rare qu’elle aboutisse à la résolution de la honte. En effet la honte se loge au niveau corporel et émotionnel et une simple prise de conscience intellectuelle ne suffit pas. Pour dépasser le sentiment de honte plusieurs solutions sont possibles :
 
Ø      Un revécu de honte dans une circonstance « favorable » (devant un thérapeute, par exemple) permet une expérience positive et résolutoire.
 
Ø      Les techniques mobilisant le corps et les émotions sont efficaces : EFT, EMDR, Bioénergie, etc…
 
Ø      Le travail sur l’inconscient est efficace : Analyse des rêves, Symbolismes, Psychanalyse, etc…


Ø      La PNL est l'hypnose sont des méthodes trés efficaces pour résoudre la honte en sécurité.
 
Ø      Le travail régressif en psychothérapie.

 
Et le dégoût ?

D'après Maurice Corcos, le dégoût serai la première manifestation de la honte chez le nourrisson
 
A quoi sert la culpabilité ?
 
La culpabilité tout comme la honte permet de ne pas se sentir rejeté. En reconnaissant que nous sommes coupables, nous nous soumettons au jugement de la famille, de la religion, de l'état, etc... et de ce fait nous pouvons continuer à appartenir à ces instances (ou au moins en avoir l'illusion).
 Vue sous cet angle là la culpabilité parait être un sentiment honorable. Là où le bât blesse, c'est que la culpabilité en nous reliant à des instances extérieures, ne nous permet pas de prendre la pleine responsabilité de nos actes. Par exemple : si je me sens coupable d'avoir menti, je suis coupable parce que j'ai appris que c'est mal de mentir ; si je prends la responsabilité de mes actes, il pourra alors apparaître que j'ai menti parce que j'avais peur de dire la vérité et je pourrai alors me reconnecter à moi-même et résoudre mon problème.
On parle souvent de la bonne culpabilité, celle qui nous permet de rester dans le "droit chemin" et de la mauvaise culpabilité, celle qui ne repose sur aucune base "morale". Est-ce que la bonne culpabilité en nous empêchant de prendre notre responsabilité est réellement bonne ? Pour ma part je pense qu'il n'y a aucune culpabilité qui soit bonne, je plaide pour que chacun soit responsable de ses actes et non coupable. Je présuppose en disant cela que l'être humain est fondamentalement "bon" et que le fait d'assumer ses actes sans culpabilité lui permet d'exister réellement comme un individu et non comme un être de "seconde main" qui n'existe que par rapport à une loi extérieur à lui.
 Je suis intéressé pour avoir vos réactions par rapport à ce paragraphe, pour cela rendez vous sur mon forum
 
La culpabilité peut-elle être positive ?

La culpabilité peut être un sentiment intéressant à deux conditions : 
 
1.      Elle soit ressentie en fonction d'une faute réelle : malhonnêteté, irrespect envers soi ou envers l'autre.
2.      Elle conduise à un changement de notre comportement et nous amène à la responsabilité.

Les comportements induits par la culpabilité
 Une personne qui ressent de la culpabilité ne peut pas agir de façon authentique. Ce qu'elle a fait est mal, il faut qu'elle trouve une solution à ce sentiment très inconfortable. Plusieurs stratégies existent, en voici une liste non exhaustive :
·         Le déni de la faute
·         Le rejet de la faute sur l'autre
·         L'auto flagellation
·         La réparation
·         Les conduites suicidaires et à risques
·         Etc...
La plupart de ces comportements soulagent la culpabilité ou évitent de la ressentir mais ne la résolvent pas ! La faute est toujours là si nous ne pouvons pas intégrer une loi intérieur qui nous permette d'être authentique.

Comment sortir de la culpabilité ?
enfants honte
 
 Pour sortir de la culpabilité, il est nécessaire dans un premier temps de la reconnaître si ce n'est pas déjà le cas. Ensuite, transformer sa culpabilité en responsabilité. Ce processus permet de voir ses "fautes" (quand elles existent !) et de les considérer comme des erreurs, ce qui permet de sortir du jugement. Une erreur acceptée devient alors une source d'évolution pour la personne et lui permet de se construire.
Il est évident que ce processus sera plus difficile si la culpabilité est "engrammée" au niveau corporel et viscéral (par exemple ; la culpabilité du jumeau survivant dans le cas de mort in utéro).



 


 


  • Lily 96 dit :
    19/5/2019

    3/5
    J'ai souvent fait des choses honteuses dans ma vie... Même beaucoup trop... Si bien qu'a seulement 23 ans je suis convaincue de ne pas être une bonne personne. Ça a commencé avec mon voyage en Allemagne pendant 3 mois , puis la séparation de mes parents, le foirage misérable de mes études et la rupture avec mon ex, sans compter mes premier job. C'est bien simple je ne supporte aucune de mes erreurs et c'est simplement insupportable au quotidien. Je suis de nouveau en couple depuis 1 an et demi avec un homme merveilleux et je suis convaincue de ne pas LR mériter. J'embellis mon passé. Je mens pour ne pas que l'on voit que je suis une personne misérable. J'ai l'impression que dans tout ce que je fais je suis obligée de me montrer indigne. J'ai notamment 2 événements een tête. Le premier je venais d'avoir 15 ans . j'étais partie avec ma mère son copain et sa famille en Allemagne pour des vacances . et ssur le retour son oncle nous a fait boire une bouteille de vodka a moi et mon demi frère alors que tout le monde etait couché . je me suis réveillée le lendemain nue au milieu du salon. La copine de mon demi frère m'a dit que j'étais pitoyable mais je ne me souviens de rien . j'ai toujours été tres avant cela sérieuse et studieuse. Je ne fumais pas ne buvais pas , chose que mon frère me reprochait tout le temps en me disant que j'étais conne et coinsee du cul. La deuxième chose etait mon premier joben tant que serveuse. J'arrivais pas a suivre je me fesais tjr engueuler et l'un des serveur m'a même surnommé ED car j'avais un rire de hyènes et que j'étais conne. Vers la fin du contrat ça se passait mieux mais jme suis retrouvée a l'hôpital et n'ai plus donne signe de vie après ça.

  • Mathieu 2/2 dit :
    15/5/2019

    4/5
    Je suis dévasté par la situation.
    Mon épouse et la relation qui me lie à elle est le seul moteur de ma vie. J’ai compris il y a déjà fort longtemps que la raison de ma présence sur Terre et de la rendre heureuse, à hauteur de ce que peux lui donner. Tous mes actes quotidiens sont guidés par mon besoin de la rendre heureuse et de la voir fière de son époux qui veut se me montrer fort et présent à ses côtés dans ses difficultés, travail, désirs d’enfant, etc,. Je me rends compte que cette histoire vient non seulement de ruiner la vision que j’ai de moi, mais a fait voler en éclats tous mes principes et ma capacité à être celui que j’étais avant : Droit, fort, une personne sur qui on peut compter. Le regard que pose ma femme sur moi et son amour est ce qui me fait me sentir vivant, et qui aujourd’hui me détruit.
    Je me sens dépossédé de ma propre personne, d’avoir ruiné tout ce que j’ai entrepris dans ma vie jusqu’à ce jour et je me sens également dépossédé de mon avenir. L’épée de Damocles que représente cette situation, à savoir que l’histoire pourrait sortir dans 6 mois, un an, 5 ans, 10 ans, annihile mon esprit de confiance dans l’avenir et ma capacité à me relever de cette situation, de me dire que cela ira mieux avec le temps, et qu’il faut passer à « autre chose ».
    De plus, je pense aux conséquences démultipliées que cette histoire pourrait avoir si la vérité serait connue d’ici quelques années. (Sur les enfants que nous n’avons pas encore, mais que nous voulons réellement avoir depuis des années, nos parents respectifs, notre cercle d’amis, etc)
    Je suis prêt à sacrifier ma tranquillité intérieure, et de continuer à vivre ce calvaire, si je pouvais être sur que ma femme continue, elle, d’être heureuse et d’avoir foi en la vie. Peut-être cela me redonnerai l’énergie de me reconstruire.
    Au vue de la situation, je n’ai aucune certitude, seulement des angoisses paniques de tout, tout perdre, et même la raison.
    J’hésites entre plusieurs scénarios qui me semblent tous varier entre le mauvais et le tragique. Tout dire, espérer me faire pardonner, mais ne plus jamais trouver ce regards d’amour dans les yeux de ma femme. Ne rien dire et mourir à petit feu de cette épée de Damocles. Faire comme si de rien n’était et faire le pari que tout va bien se passer et que cette histoire restera à jamais, enterrée.
    Je n’ai encore parlé à personne de cette histoire.
    Si quelqu’un m’entends, quelle pourraient être les solutions?

  • Mathieu 1/2 dit :
    15/5/2019

    4/5
    Bonjour,
    Je laisse ce message ici en désespoir de cause, comme une bouteille à la mer.
    Lors d’une soirée très festive et donc très alcoolisée, j’ai trompé ma femme avec la sœur de mon beau-frère.
    Je n’ai aucun souvenir de comment cela a commencé, ni qui est à l’origine de la faute, mais c’est fait. Autant que je puisse en être sûr, nous ne sommes pas attirés l’un par l’autre et c’était donc juste un moment « physique ».
    La situation est la suivante : Nous nous sentons tous les deux extrêmement honteux, coupables et conscient des conséquences désastreuses que cette histoire peut avoir sur nos vies respectives, mais également sur les vies des êtres qui nous sont le plus cher. (A savoir sur ma sœur, son frère, notre nièce commune, nos parents, nos amis, etc)

  • nafyssa dit :
    30/7/2018

    5/5
    Article génialissime et qui tombe à point nommé , je suis pleine de honte et de culpabilité et comprendre d'où cela viens aide énormément à s'en débarrasser.
    merci

  • laurence dit :
    22/7/2018

    3/5
    Bonjour,
    J'ai eu une relation de 14 mois avec un mythomane. En fait au bout de 4 mois je me suis aperçu qu'il était pas pilote d'hélicoptère, m'avait menti d'un an sur son age, son nom, j'ai stoppé mais à travers un faux profil google plus qu'il avait créer juste après la rupture , il est arrivé à me convaincre et douter de moi. Je suis repartie avec lui mais en gardant en moi un sentiment qu'il y avait des choses pas claires. Je n'étais jamais aller chez lui durant ces 14 mois de relation et il y avait beaucoup de discours qui ne tenaient pas la route. En avril j'ai décidé de rompre en lui disant qu'il était pas clair et menteur. Il s'est jamais défendu. Il a refait des faux profils google plus de femme et d'homme et faisait la conversation tout seul. Il se fait passé pour un etre exceptionnel et les faux profils femme sont toute amoureuse de lui lol... Je lui ai dit que j'avais découvert la supercherie . Il a jamais admis et recommencer sur un autre profil. Il monte en puissance car maintenant il utilise les photos d'une femme connue sur instagram et se dit marié avec et fait des montages photo ridicule. Il va juste l'imaginer enceinte!!! Je suis infirmière en psychiatrie et aujourd'hui j'ai honte d'avoir eu une relation avec un homme comme lui. J'ai cette sensation d'avoir vécu avec un fou et d'etre tomber bien bas!

  • Merci dit :
    13/6/2018

    5/5
    Merci pour votre article qui m'a fait du bien

  • Merci dit :
    13/6/2018

    5/5
    Merci pour votre article qui m'a fait du bien

  • Béatrice dit :
    11/6/2018

    3/5
    Je réponds ici à Françoise. Si votre mari vous a traitée de "pute" c'est peut-être parce que sans le dire, vous vous sentez vous-même une "pute", par le fait de l'avoir trompé. Ce n'est pas grave du tout de tromper "une fois" son conjoint, sur une vie au long cours, ma foi cela peut arriver. Oui, voilà, une fois, un pas de travers, cela arrive. Il est juste intéressant de bien comprendre pour vous ce qui à l'époque vous a amenée à commettre cette "infidélité". Qu'est-ce qui vous a fait "basculer" dans cette relation extra-conjugale et surtout, qu'estimez-vous que cela vous a procuré : plutôt du positif (un moment de soulagement, de récompense, de consolation, une bénédiction.. ?) ou plutôt du négatif (que par exemple en fait un type vous a en fait bien "eue"). Je vous invite à analyser ce qui s'est passé en vous et à l'accepter, tout simplement, sans le juger. Simplement vous dire ah oui, en fait c'est ça qui s'est passé, et l'accueillir. Ensuite pouvoir peu-être (pas nécessairement) en reparler avec votre conjoint de façon sereine et discrète à la fois (ne pas donner les détails), en disant que vous trouveriez trop bête que ce faux pas devienne un grain de sable puis peut-être un caillou dans la roue vertueuse de votre couple. Non, c'est un fait qui appartient au passé, qui vous a peut-être permis de régler certaines choses, cela ne met pas en cause la qualité de l'amour de votre mari pour vous, et voilà, vous voulez continuer à l'aimer, à être aimée de lui, et à aimer ensemble la vie, les enfants, les amis ! Pardonnez-vous à vous-même ce qui est arrivé, en comprenant bien les mécanismes et cela vous sera pardonné en retour ! Bon courage et bonne continuation, Françoise, je pense à vous ! : )

  • Françoise dit :
    22/5/2018

    3/5
    J'ai trompé mon conjoint il y 10 ans et j'ai honte de moi
    Ça me ronge car je me sens indigne de son amour
    Je ne suis pas arrivé à lui avouer tout de suite mais j'ai tenté avec des pistes tel que "j'ai eu de l'attirance pour un autre homme" et régulièrement pendant 8 ans il m'a questionné pour savoir si il y avait eu plus que de l'attirance mais je ne trouvai pas la force de tout avouer ...
    Jusqu'à une nlle crise dans notre couple qui me donnait envie de rompre et après qu'il m'ait encore posé des questions sur cette histoire d'attirance je lui ai tout avoué en sentant que c'était le moment de dire la vérité de me libérer en fait ...
    3 ans maintenant depuis l'aveu sans qu'il veuille me quitter car il m'aime bcp malgré cette trahison et ce mensonge
    je m'en veut de l'avoir blessé inutilement mais je me sentais tellement déloyale en lui mentant
    Je paye cette faute en me sentant honteuse mais aussi avec son attitude de rejet envers moi parfois que je fais tout pour comprendre
    Récemment il avait bcp bu lors d'une fête et il m'a traité de "pute" devant nos copains
    Je voulais que ça se termine même si je ressens bcp d'affection pour lui car c'est aussi le père de nos 2 enfants et qu'il est capable du meilleur quand il veut ...
    Je suis perdue dans toute cette histoire
    Si cette histoire vous parle ça me ferait du bien de connaître vos commentaires
    MERCI

  • Denis dit :
    15/1/2018

    4/5
    Bonjour, je suis tombé par hasard sur votre article sur la honte et la culpabilité, en recherchant tout ce qui touche aux blessures d’âme.
    Et on ne trouve pas grand chose sur ce sujet, elle est plus souvent associée ou mélangée au manque de confiance en soi (le mot un peu fourre tout)
    C'est une blessure qui peut parfois être très profonde et mon histoire m'amène à penser qu'au delà d'être une blessure acquise elle peut être innées et transmise générationnellement, elle mériterait plus d'attention dans sa façon de l'aborder et de la traiter selon moi. Merci pour votre article