Psychothérapie et Hypnose photo rené

René Clavilier                                                                                                                                        

Certifié en Analyse Transactionnelle par l'EATA                                                                                                                                                Pole santé Equilibre
Maitre Praticien en Hypnose Ericksonnienne                                                                                                                                                       77 Rue de Marmiesse
Praticien en Hypnose Humaniste                                                                                                                                                                          15000 AURILLAC
Praticien en EFT                                                                                                                                                                                                  Tél : 04 71 63 77 80

A quoi sert la culpabilité ?

21/12/08
12 commentaires

A quoi sert la culpabilité ?

La culpabilité tout comme la honte permet de ne pas se sentir rejeté. En reconnaissant que nous sommes coupables, nous nous soumettons au jugement de la famille, de la religion, de l'état, etc... et de ce fait nous pouvons continuer à appartenir à ces instances (ou au moins en avoir l'illusion).

 Vue sous cet angle là la culpabilité parait être un sentiment honorable. Là ou le bât blesse, c'est que la culpabilité en nous reliant à des instances extérieures, ne nous permet pas de prendre la pleine responsabilité de nos actes. Par exemple : si je me sens coupable d'avoir menti, je suis coupable parce que j'ai appris que c'est mal de mentir ; si je prends la responsabilité de mes actes, il pourra alors apparaître que j'ai menti parce que j'avais peur de dire la vérité et je pourrai alors me reconnecter à moi-même et résoudre mon problème.

on parle souvent de la bonne culpabilité, celle qui nous permet de rester dans le "droit chemin" et de la mauvaise culpabilité, celle qui ne repose sur aucune base "morale". Est-ce que la bonne culpabilté en nous empéchant de prendre notre responsabilité est réellement bonne ? Pour ma part je pense qu'il n'y a aucune culpabilité qui soit bonne, je plaide pour que chacun soit responsable de ses actes et non coupable. Je présuppose en disant cela que l'être humain est fondamentalement "bon" et que le fait d'assumer ses actes sans culpabilité lui permet d'exister réellement comme un individu et non comme un être de "seconde main" qui n'existe que par rapport à une loi extérieure à lui.

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
  • S♥ dit :
    20/11/2017 à 10h 47min

    Monsieur, Je vous remercie du fond du cœur pour vos mots si justes qui sont venus "toucher" et libérer au plus profond les maux du cœur...une prise de conscience salvatrice, une mise en Lumière d'Amour qui soigne, guérit l'être profond...La Vérité libère...vraiment. C'était sûrement le bon moment pour moi. Merci infiniment.

  • Anne dit :
    09/8/2017 à 10h 49min

    J'ai beaucoup aimé le lien " Un Cours en Miracles". Merci pour vos écrits, c'est très intéressant.

  • Morel dit :
    06/8/2016 à 16h 31min

    Voici un moyen qui puisse éviter de culpabiliser : être honnête avec soi-même : penser dire et faire la même chose. Oui je sais, facile à dire, avez-vous déjà essayé? Ainsi dans les moments de culpabilité, les raison qu'on se trouve, (Et on en trouve facilement !) seront (si on "creuse" un peu) infondée.

  • Pierre dit :
    15/11/2014 à 17h 21min

    Je ne me souviens plus où j'ai lu que la culpabilité, d'une faute commise que l'on peut nommer, pourrais être une manière non consciente de se dissimuler à soi-même une honte plus viscérale tout en l'apaisant par les punitions que l'on se donne en raison de la faute commise. Ça me semble correspondre, moi qui suit transi de honte depuis l'enfance, à une certaine propension à commettre des fautes stupides, surtout quant tout va bien objectivement, comme s'il s'agissait d'inviter les autres à me condamner pour quelque chose qui démontrerait que je suis inadéquat. Confirmation que j'ai raison d'avoir honte de moi + échappatoire dans le sens où il faut que je me corrige ... jusqu'à ce que ce soit fait et que le sentiment de honte devienne de nouveau intenable. Il m'arrive aussi de me sentir coupable à la suite d'une erreur qui ne va pas chercher quelque chose de plus profond. Ça me chicote. Je corrige dans la mesure où c'est possible. Et puis ça passe. Ça ne reste pas. Mais lorsqu'après avoir ce que je pouvais faire pour corriger je ne retrouve pas la sérénité, ou une certaine sérénité, là je me pose des questions. Et viens la culpabilité, bien plus difficile à corriger, de porter cette honte qui me mine. Ce sont des sentiments très pervers.

  • Jaroslav dit :
    29/5/2014 à 22h 00min

    En ce qui me concerne, je me sens coupable de ne pas faire de thérapie alors que tous le monde y compris mon médecin estime que j'en ai besoin. et quand j'entame une thérapie, je me sens coupable de ne pas être assez motivé et de ne pas collaborer suffisamment avec mon thérapeute.

  • Lolo dit :
    26/2/2014 à 14h 10min

    Bonjour, Je trouve votre article très constructif et intéressant. Le fait est que je suis en pleine situation de culpabilité liée a mes actes (et oui comme décrit). J'ai été infidèle lors d'une soirée excessive et ma culpabilité ma forcée a avouer mon acte tout en retennant les détails pour ne pas faire plus souffrir la personne que j'aime plus que tout au monde. Le fait est que 6 mois plus tard ce sentiment de culpabilité m'a réenvahit mais cette fois par rapport a ces détails non dits et les quelques erreurs que j'ai pu faire par le passé (4 ans et plus). C'est un sentiment très confus et presque ingérable tant il est puissant. Un sentiment de besoin irrépressible d'avouer et ainsi de chercher le pardon de l'autre même en sachant que les conséqunces de ces aveux pourraient etre catastrophiques. Aussi je voulais savoir si ce sentiment s'estompe avec le temps, si il s'ammenuise dans le sens ou l'on arrive a se pardoner de ses erreurs. La culpabilité est jointe alors a un sentiment de peur et d'angoisse très présent dans mon cas, avec des haut et des bas ou l'on crois en etre sorti mais qui reviens a la moindre pensée. Avouer est-il la seule solution pour se reconstruire meme quand on a décidé de réparer et de ne plus faire les mêmes erreurs? Merci pour votre temps

  • chantal dit :
    25/11/2013 à 13h 47min

    je pense que la culpabilité excessive peut détruire et comme Stéphane je pense que parfois l'entourage en profite pour "en remettre une couche", je suis passée par là et étonnamment je sais de quoi vous parlez Stéphane. mais personne ne nait mauvais ! on fait tous des erreurs, et alors ? il faut les reconnaître et poursuivre son chemin. il faut en effet, différencier l'acte de la personne...un homme bon peut commettre un acte répréhensible, çà ne fait pas, pour autant, de lui quelqu'un de mauvais. Et puis le pardon, c'est fait pour quoi ? il faut pardonner et savoir se pardonner pour se reconstruire. personne n'a le droit de culpabiliser autrui, faire çà, c'est le rabaisser, l'humilier, l'emprisonner et générer chez cette personne une souffrance permanente, en tous cas c'est tout sauf de l'amour. l'esclavage a été aboli depuis longtemps que je sache ! il faut parvenir à se libérer de ces croyances et peut être aussi de ces personnes qui font qu'on finit par croire qu'on ne vaut rien et surtout il n'y a pas de honte à se faire aider, bien au contraire, ça s'appelle du COURAGE. un peu de vécu : une personne qui aime d'un véritable amour sait pardonner et oublier les erreurs d'autrui, même si elle en a souffert, et redonner sa confiance et aider à se reconstruire. personne n'a le droit de juger, sanctionner, humilier....il y a des prisons dont les portes sont ouvertes, seules les menaces et la peur en constituent les barreaux. déposez votre manteau de honte et de culpabilité et courez vers votre bonheur. On en sort grandi d'avoir osé le 1er pas.

  • psyritualite dit :
    04/9/2013 à 12h 12min

    @ kti : Je comprends votre scepticisme ! Derrière chaque dictateur il y a un enfant qui a peur. A la naissance, un bébé ne connait ni le bien ni le mal, c'est son éducation qui va le faire basculer d'un coté ou de l'autre ! au fond de chacun, il y a cette part d'innocence, c'est en cela que l'homme est fondamentalement bon. Cela ne l'excuse pas pour ses actes, mais c'est un espoir pour ceux qui veulent changer !

  • kti dit :
    03/9/2013 à 12h 12min

    Comment peut-on présupposer que l'être humain est fondamentalement bon quand on voit les dictatures telles celle d'Itler et autres, tous les crimes commis au nom de je ne sais quelle idéologie et plus près de nous : les jalousies, les méchancetés l'indifférence devant le malheur des autres. Je ne crois pas que l'homme soit fondamentalement bon !

  • stéphane dit :
    12/12/2011 à 12h 12min

    Bonjour, Il y a fallu que j arrive a l 'age de 43 ans pour m apercevoir que je vivais dans un sentiment de culpabilité permanente.Culpabiliser pour des actes insignifiants que j ai commis , et culpabiliser pour des actes que l on a eu a mon encontre , bref culpabiliser de tout ce qui ne se déroule pas comme dans un livre.Se sentir responsable de tout et de vivre avec une épouse culpabilisante cela n 'aide pas a s 'en sortir. Je pense que l 'entourage aussi bien privé que professionnel doit le ressentir , et certains en profite.

  • Coline dit :
    26/7/2010 à 12h 12min

    bonjour, je pense que la culpabilité est un sentiment bien plus fort que la honte car cela repose sur des actes. Nous sommes maitres de nos actes et la culpabilité permet la remise en question et la reflexion. Mais la honte est un sentiment que l' on entre dans nos têtes dès le plus jeune âge et dont on peut s' en détacher que lorsqu on ouvre les yeux , lorsqu on a murit; on se rend enfin compte que c' est un sentiment qui existe à travers le regard de l' autre et son jugement et c' est tout simplement un sentiment inventé par l' homme et par la société; en sachant cela, en comprenant que la honte on la ressent que si on attache de l' importance à ce que l' autre va penser alors on peut s' en détacher totalement. Il est temps de se libérer de ce sentiment qui peut nuire totalement à l' épanouissement d' une personne. Libérez vous de la honte au moins un peu afin de retrouver une paix intérieur.Et il y a tellement de gens qui ne jugent pas; ceux qui jugent sont ceux qui ne se permettent pas. bien à vous vive le bien être

  • Marie dit :
    19/5/2010 à 12h 12min

    Bonsoir, Votre article concernant la culpabilité m'a ouvert les yeux sur mon comportement. Je n'avais pensé que la culpabilité finalement était un moyen de ne pas être rejeté, d'une part, et de ne pas assumer, d'autre part. Aujourd'hui je vis une séparation difficile, je culpabilise infiniment d'avoir "gâché" une vie de famille. Mais en se plaçant d'un autre point de vue, je peux dire : ce n'est plus la vie qui me convenait, j'ai choisi de partir, je suis responsable de cette décision. Mais pas coupable d'avoir tout détruit comme le dit autrui, non. Voilà. Merci encore